Futur du Travail

Comment la 5G va transformer le travail de demain

Déployée pour la première fois aux États-Unis cette année, la 5G est en passe de prendre le relais de la 4G, après plusieurs années de bons et loyaux services. Un saut technologique qui pourrait avoir d’importantes répercussions sur le monde du travail.

En septembre dernier, AT&T, le fournisseur de services téléphoniques américain, a annoncé qu’il comptait rendre la 5G disponible dans une vingtaine de villes américaines d’ici la fin de l’année 2018. Plusieurs de ses concurrents aux États-Unis entendent également lancer la commercialisation d’appareils équipés de cette technologie d’ici décembre, avec l’ambition de la rendre accessible au grand public dans le courant de l’année prochaine. En parallèle, l’Australie expérimente le tout premier réseau 5G public au monde, tandis que GSMA Intelligence, spécialisée dans l’analyse de données pour l’industrie du mobile, prévoit un déploiement massif de la technologie aux États-Unis, en Europe et en Asie au cours des trois prochaines années.

Acronyme désignant la cinquième génération de standards pour téléphonie mobile, la 5G incarne une nouvelle étape dans l’histoire des télécommunications. Son aïeule, la 4G, avait déjà constitué une petite révolution. Ainsi, de nombreux analystes affirment que c’est en déployant la 4G avant les autres que les États-Unis ont pu largement renforcer leur emprise sur le monde des nouvelles technologies, et générer plusieurs leaders du domaine. En facilitant largement le visionnage de contenus vidéo sur données mobiles, la 4G a transformé la façon dont les individus du monde entier se servent de leur smartphone, et permis à des entreprises comme Snapchat, Instagram et Netflix de croître à très vive allure.

5g et futur du travail

Or, la 5G pourrait bien s’avérer plus révolutionnaire encore : certains comparent même l’arrivée de cette technologie sur le marché au remplacement des machines à écrire par les ordinateurs. Si l’analogie est sans doute quelque peu exagérée, la 5G, synonyme de connexion et de transfert de données plus rapide, pourrait bien servir de réceptacle à plusieurs technologies de pointe, et leur permettre de toucher un large public. L’impact sur le monde du travail, notamment, s’avérerait très important. Ainsi, selon le cabinet de conseil Accenture, le déploiement de la technologie 5G entraînerait la création de trois millions d’emplois rien qu’aux États-Unis. Parmi ceux-ci, environ 850 000 seront générés par l’industrie des télécommunications pour mettre en place le réseau 5G, tandis que 2,2 millions seront engendrés par les externalités positives de la 5G, qui stimulera la croissance et la création d’emplois.

Vers la vidéoconférence augmentée

Au-delà de son impact macro-économique, la 5G va aussi avoir un impact certain sur la manière dont nous travaillons. Nous disions plus haut que la comparaison avec le passage de la machine à écrire à l’ordinateur était quelque peu poussive, mais la 5G promet malgré tout des chamboulements technologiques importants dans le bureau de demain. Tout d’abord, en offrant une connexion internet plus rapide et plus fiable, la 5G va améliorer les outils de communication à distance, qui font déjà partie du quotidien de la vie de bureau : appels vidéo, messageries professionnelles et autres outils permettant de collaborer dans le cloud. Le télétravail et la collaboration entre équipes situées dans des lieux éloignés, deux composantes fortes du travail moderne, en sortiront facilités, notamment dans les pays qui pour l’heure ne bénéficient pas d’une connexion optimale. La 5G va donc accompagner les mutations organisationnelles déjà à l’œuvre dans la vie des travailleurs du XXIe siècle.

La 5G va, en outre, permettre à l’internet des objets d’exprimer tout son potentiel. Gartner estime que l’on comptera plus de 20 milliards d’objets connectés dans le monde d’ici 2020. Pour tirer tous les bénéfices de ces objets intelligents, les faire fonctionner et interagir en temps réel, il sera nécessaire de recourir à un réseau internet bien plus performant que celui que nous employons aujourd’hui : c’est là que la 5G entre en jeu. Dans le monde du travail, cela signifie notamment l’avènement d’ateliers, d’usines et d’entrepôts connectés, bardés de capteurs échangeant en permanence des informations pour optimiser le processus de production, détecter les risques de pannes ou d’erreurs et permettre une plus grande précision. Le fabricant de puces électroniques Qualcomm travaille ainsi avec Honeywell, General Electric et Ericsson pour réinventer l’usine de demain autour de la 5G. Les objets connectés, en combinaison avec la puissance de connexion fournie par la 5G, permettront également de repenser la gestion de la chaîne de valeur, faisant remonter des données à différentes étapes de celle-ci pour permettre une meilleure efficacité et une plus grande transparence pour le consommateur.

Au bureau, la 5G facilitera l’arrivée de salles de conférences augmentées, combinant objets connectés, intelligence artificielle et réalité virtuelle pour des réunions à distance plus vraies que nature. C’est ce qu’entend permettre Cisco avec son système de vidéoconférence futuriste, qui, selon les mots de Rowan Trollope, vice-président du département internet des objets de CISCO, vise ni plus ni moins qu’à reconstituer la technologie employée par le conseil des Jedi dans Star Wars. Chaque participant bénéficierait ainsi d’informations personnalisées, superposées à sa vision de manière holographique. Par exemple, chaque fois qu’un individu prendrait la parole, son nom et son poste pourraient apparaître à côté de son visage, un gadget particulièrement utile dans les réunions impliquant un grand nombre de personnes ne se connaissant pas. Le dispositif Microsoft Mixed Reality propose quant à lui une salle de réunion virtuelle, similaire à un jeu vidéo, avec un avatar incarnant chaque personne présente. Des outils aux performances impressionnantes, mais qui mobilisent de la bande passante, et auront besoin de la 5G pour fonctionner de manière optimale.

De l’informatique holographique au réseau en tranches

La réalité virtuelle et augmentée, justement, sera une autre technologie qui tirera d’importants bénéfices de l’arrivée de la 5G. Plusieurs entreprises ambitionnent ainsi d’ores et déjà d’employer la réalité augmentée pour inventer le futur de l’informatique. C’est le cas de Microsoft, qui, en 2017, a déposé un brevet pour un clavier holographique. Le principe : remplacer l’ordinateur par une paire de lunettes de réalité virtuelle, qui, une fois placées sur le nez de l’utilisateur, lui permettent de visualiser un écran et un clavier holographique, avec lequel il puisse interagir n’importe où et dans toutes les positions. L’entreprise Atheer, de son côté, met la réalité augmentée au service de l’industrie. Les ouvriers peuvent ainsi être aiguillés dans leur travail par des instructions qui s’affichent en surbrillance sur l’objet qu’ils manipulent, ou encore guidés directement par un expert situé à distance, prodiguant des conseils par voie auditive et visuelle. À mesure que réalité virtuelle et augmentée progresseront, les applications autour du futur du travail, comme celle-ci, vont se multiplier, mais elles vont s’avérer très gourmandes en termes de connexion et de transfert de données : la 5G sera ainsi nécessaire pour leur permettre d’exprimer tout leur potentiel.

Enfin, la 5G va également introduire une petite révolution dans la manière de gérer sa connexion internet professionnelle, sous la forme du « réseau en tranches » (« network slicing » en anglais). Cette méthode permet à un fournisseur de réseau 5G de dédier certaines « tranches » de sa connexion à une application, un service ou un appareil spécifique, avec à la clef une bande passante dédiée et stable pour permettre de travailler dans les bonnes conditions. Par exemple, les appels vidéo pourraient être isolés sur leur propre « tranche » pour ne pas être parasités par les autres activités de la vie de bureau, comme le fait qu’un collègue regarde Netflix durant sa pause déjeuner. En plus de permettre une plus grande fiabilité, le réseau en tranches permet aussi d’accroître la cybersécurité, une éventuelle attaque demeurant ainsi confinée à une petite partie du réseau. On peut enfin imaginer l’avènement d’offres de « réseau en tant que service », avec des fournisseurs proposant des tranches de réseau spécialement adaptées à tel ou tel type d’activité.

Et en attendant la 5G, vous pouvez déjà passer à la vitesse supérieure pour vos RDV avec Slash, notre nouvel assistant virtuel qui répond instantanément à vos demandes !

inscription assistant virtuel slash