Productivité

Le multitasking : ami ou ennemi de la productivité ?

Le multitasking ? C’est l’art de faire plusieurs choses en même temps. Si certaines personnes disent en être incapables, d’autres au contraire semblent exceller en la matière. Mais le fait de jongler entre les tâches nous permet-il vraiment d’améliorer notre productivité ? Voici quelques éléments de réponses.

L’art du multitasking

Répondre au téléphone tout en travaillant sur une présentation, consulter plusieurs pages internet simultanément… Nous avons déjà tous été confrontés au multitasking ! Selon l’Association Américaine de Psychologie (APA), qui s’est penchée sur le sujet, il existe trois types de situations multitâches :

  • La première et la plus courante, c’est lorsque l’on effectue deux tâches en même temps.
  • La deuxième, c’est quand on interrompt une tâche pour en faire une autre.
  • Enfin, la troisième correspond au fait d’accomplir deux ou plusieurs tâches de manière successive. Notre cerveau ayant besoin d’un certain temps pour s’imprégner d’un nouveau sujet et mettre de côté le précédent, il ne peut pas effectuer plusieurs tâches rapidement sans menacer notre productivité.

Vous pensez être multitâches ? Alors, vous ne l’êtes probablement pas !

Une étude publiée en 2013 par la Public Library Of Science (PLOS) et menée par quatre chercheurs de l’université de l’Utah a révélé que les personnes qui pensaient être capables de jongler entre les tâches étaient en fait les moins douées en la matière. Paradoxalement, celles qui ont véritablement cette capacité seraient moins enclines à l’utiliser que les autres et auraient plutôt tendance à ne faire qu’une seule chose à la fois. Toutefois, il s’agit là d’une minorité de personnes ! L’un des auteurs de l’étude, David Strayer, a en effet déclaré au New-Yorker en 2014 que seulement 2% de la population était réellement apte au multitasking.

Le multitasking, un coût élevé pour notre productivité

Pour une large majorité de personnes, le multitasking a donc peu de bénéfices. D’ailleurs, il aurait même des inconvénients ! En effet, selon David Meyer, professeur de psychologie à l’université du Michigan, le fait de jongler entre plusieurs tâches pourrait nous faire perdre jusqu’à 40% de productivité !
Une étude, réalisée par l’institut de psychiatrie de l’université de Londres et relayée par le Chicago Tribune dans un article intitulé « Le multitasking nous rend idiot » va même plus loin : passer d’une tâche électronique à l’autre entrainerait une baisse de QI encore plus importante que le fait de fumer du cannabis !

multitasking et productivité

« Notre cerveau n’est pas conçu pour faire deux tâches en même temps »

Mais finalement, cela n’a rien d’étonnant quand on sait que notre cerveau ne peut pas accomplir deux tâches en même temps dès lors que celles-ci requièrent de l’attention ! Caroline Huron, psychiatre et chercheuse en sciences cognitives à l’INSERM, en a fait la démonstration. Au cours d’une conférence TED, elle a proposé à son auditoire de regarder une vidéo sur laquelle deux équipes (l’une en noir et l’autre en blanc) jouaient au basket. Lors du premier visionnage, elle a demandé aux gens présents dans la salle de compter le nombre de passes que se faisaient les joueurs en blanc. Lors du second, elle les a simplement invité à ne pas compter. Rapidement, des éclats de rire ont parcouru la salle : un homme déguisé en gorille apparaissait au beau milieu de l’écran ! Focalisés sur le décompte des passes, une grande majorité du public ne l’avait pas vu lors de la première projection ! Selon Caroline Huron, « cette expérience démontre que notre cerveau n’est pas conçu pour faire deux tâches en même temps si chacune requiert de l’attention. Il n’en fait qu’une. C’est une contrainte biologique de notre fonctionnement cérébral. Elle est invisible, on en a rarement conscience et pourtant elle envahit toute notre vie quotidienne ».

Vers un multitasking intelligent

Faut-il redevenir mono-tâche pour préserver notre productivité ? Oui et non. Comme le relève très justement Kat Boogaard dans un article publié sur le blog de Trello, les études mettant en garde contre le multitasking sont souvent basées sur le task switching, autrement dit le fait de jongler entre plusieurs tâches.

Or, le multitasking au sens premier du terme (accomplir deux tâches en même temps), ne porterait pas toujours préjudice à notre productivité ! Une étude réalisée en 2015 par des chercheurs de l’université de Floride a même démontré qu’il pouvait contribuait à améliorer nos performances. Mais attention, uniquement dans certaines circonstances ! Pour gagner véritablement du temps grâce au multitasking, il faut en effet effectuer des tâches qui ne sollicitent pas les mêmes parties de notre cerveau et ne font donc pas appel aux mêmes ressources cognitives.

Vous êtes adepte du multitasking ? Faites-nous part de votre expérience !

New Call-to-action