Futur du TravailIntelligence Artificielle

Démystificateur d’algorithmes, courtier en données personnelles… quels seront les emplois créés par l’IA ? (Partie 2)

Le développement de la robotique va, comme nous l’avons vu dans un premier article, créer de nombreux emplois autour des relations entre hommes et machines. Ces relations vont également soulever des défis juridiques inédits, ouvrant un nouveau chapitre de l’histoire du droit. En parallèle, la multiplication des données et leur traitement par l’intelligence artificielle vont tisser de nouvelles opportunités autour de leur collecte, gestion et commercialisation. Enfin, l’intelligence artificielle va également doper la créativité des ingénieurs et des artistes. Chaque fois, les capacités et l’inventivité de l’homme seront stimulées par la machine.

Courtier en données personnelles

Le think tank Génération Libre vient de publier un rapport prônant un droit de propriété privée, pour les individus, sur leurs données personnelles. Son président, Gaspard Koenig, souhaite que les citoyens puissent à l’avenir décider quelles données ils souhaitent vendre aux entreprises, à quel prix, et lesquelles ils souhaitent conserver pour eux. Génération Libre n’est pas le seul organisme à défendre cette idée. La startup Datum.org veut ainsi permettre aux individus de commercialiser leurs données via la blockchain. Dans le futur, le marché des données pourrait donc devenir à la fois dynamique, complexe et très lucratif. Les individus souhaitant tirer le maximum de bénéfices de leurs données personnelles pourront faire appel à un courtier spécialisé dans la vente de données. Comme un spécialiste de la bourse traditionnelle, il manipulera avec aisance des algorithmes d’intelligence artificielle afin de repérer les meilleures affaires pour son client et fera fructifier au mieux son capital de données personnelles.

Avocat du droit des robots

À mesure que les voitures autonomes investiront les routes, que les robots domestiques se multiplieront et que les drones survoleront nos villes, les interactions entre humains et machines se feront toujours plus nombreuses. Et, avec elles, les accrochages et accidents potentiels. Si demain, le logiciel de pilotage d’une voiture autonome commet une erreur et cause un accident de la circulation, qui sera responsable ? Le conducteur, qui n’a pas repris les commandes à temps ? L’entreprise qui a commercialisé le véhicule ? Les ingénieurs ayant codé l’algorithme ? Pour simplifier le traitement juridique de ce type d’événements, certains proposent déjà la création d’un droit des robots. C’est notamment le cas de l’avocat français Alain Bensoussan, qui souhaite la mise en place d’une personnalité juridique pour les machines, ainsi que l’édification de règles éthiques chapeautant la création d’intelligences artificielles.

Délégué municipal à la gestion des données publiques

L’un des fondements de la ville intelligente consiste dans la collecte et le traitement de larges quantités de données. Qu’il s’agisse des flux de véhicules, de l’usage de transports publics, de la fréquentation de telle ou telle rue, du niveau sonore de tel quartier ou encore de la qualité de l’air, le traitement des masses de données fournit aux pouvoirs publics de précieuses informations sur leur ville et leurs administrés, avec à la clef la possibilité de mettre en place des politiques publiques tirant l’enseignement de ces données pour améliorer l’organisation collective. Il est donc fort probable que l’on voit se multiplier les postes de fonctionnaires municipaux en charge de la politique des données. Celle-ci inclura à la fois la mise en place et l’entretien des structures chargées de leur collecte, la supervision des ingénieurs et algorithmes chargés de les traiter, et les actions à mettre en place en fonction des informations reçues.

Cyberingénieur

Les ingénieurs de demain seront capables d’utiliser l’intelligence artificielle pour optimiser la création de produits manufacturés. En analysant, à l’aide d’algorithmes d’apprentissage machine, les données issues de la chaîne de valeur, de la conception des produits, de la chaîne de production et des contrôles qualité, ils permettront de produire plus rapidement, avec moins de défauts. Les ateliers seront en outre bourrés de capteurs, qui analyseront la situation en temps réel pour détecter les pannes en amont, commander automatiquement des pièces de rechange et corriger les défauts de fabrication. Les ingénieurs de demain seront chargés de superviser tout cet écosystème de machines communiquant les unes avec les autres et d’intervenir en cas de pépin. D’autres technologies de pointe viendront également apporter leur pierre à l’édifice. L’impression 3D permettra de réaliser des prototypes à très faibles coûts, pour tester différentes combinaisons avant de lancer la production de masse. La réalité augmentée permettra aux ingénieurs de guider les ouvriers, leur indiquant quelle action effectuer à l’aide d’informations écrites ou de jeux de couleurs venant se superposer à leur champ de vision.

Créateur de mondes virtuels

Le futur sera merveilleux pour l’imaginaire. Grâce à la combinaison de l’intelligence artificielle et de la réalité augmentée, les artistes de demain pourront créer des œuvres immersives et individualisées. Dans l’univers du jeu vidéo, par exemple, on peut très bien imaginer un système permettant de bâtir un profil pour chaque joueur en fonction de ses préférences personnelles et de ses habitudes de jeu. Ensuite, le jeu s’adapterait à ces dernières, pour lui proposer un univers et une histoire personnalisés, employant les formidables ressources de la réalité virtuelle et augmentée pour rendre cet univers virtuel plus vrai que nature. Designers et concepteurs pourront laisser libre cours à leur créativité. Dans le domaine artistique, intelligence artificielle et réalité virtuelle donneront naissance à des créations hybrides, d’un genre totalement nouveau. Les peintures revues et corrigées par Deep Dream, algorithme de Google, ont récemment enflammé la toile. Imaginons ce que pourrait créer un artiste combinant algorithmes et créations en trois dimensions pour donner naissance à des œuvres étranges et baroques…

Vous voyez d’autres métiers à venir ? Faites-nous part de vos commentaires !

New Call-to-action