Productivité

Qu’est-ce qu’une entreprise agile ?

L’agilité a fait l’objet de nombreuses théories, publication et conférences depuis plusieurs années. Historiquement formalisé lors d’un rassemblement d’experts du développement logiciel en 2001 au travers d’un document fondateur nommé le « manifeste agile ». Il décrit en 4 valeurs et 12 principes ce qu’est l’agile, et à cette époque, il s’agissait surtout d’une solution proposée par des développeurs pour fabriquer un logiciel le plus efficacement possible tout en garantissant son adéquation avec les besoins du client. Mais 17 ans plus tard, les choses ont bien changé et le manifeste agile n’apporte qu’une partie des réponses à l’ère du numérique pour sortir un nouveau produit ou service avec ce que les spécialistes appellent un bon « time-to-market » doublé un bon « product market fit ».

Que veut dire être agile de nos jours ?

Les 17 fondateurs de l’agilité ont posé initialement 4 valeurs à l’agile qui reste vraie encore aujourd’hui, mais qu’il faut élargir à l’ensemble de l’organisation de l’entreprise et ne pas scléroser aux projets informatiques, ce qui est très souvent le cas. Voici ces valeurs :

  • Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils
  • Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive (plutôt que logiciel ici on pourrait replacer par un produit ou un service)
  • La collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle
  • L’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan

Ces valeurs frappées du bon sens, devraient à mon avis être affichées sur les murs de toutes les entreprises et guider les décisions et le mode de fonctionnement de toute organisation. Ces valeurs (et les principes qui y sont associés) ont théorisé plusieurs méthodes dont Scrum, qui est de loin la méthode la plus utilisée dans les organisations. Mais aussi la méthode Kanban, issue de l’industrie automobile (Toyota) elle est utilisée pour améliorer continuellement les processus de production afin de permettre une gestion de la production sans gaspillage

Mais les méthodes agiles ne représentent finalement que le dernier maillon d’une chaîne plus globale qui doit être mise en place pour réellement concevoir et développer de nouveaux produits ou services en mode agile. L’idée est de combiner plusieurs approches complémentaires que sont (a minima) le design thinking, le lean startup et l’agile.

design thinking, lean startup, agile

Le design thinking désigne l’ensemble des méthodes et des outils qui aident, face à un problème ou un projet d’innovation, à appliquer la même démarche que celle qu’aurait un designer. « C’est une approche de l’innovation et de son management qui se veut une synthèse entre la pensée analytique et la pensée intuitive. Il s’appuie beaucoup sur un processus de co-créativité impliquant des retours de l’utilisateur final. » Si le design thinking suscite un tel engouement, presque 30 ans après sa création, c’est parce que l’expérience domine de plus en plus l’économie.

Quant au lean startup, c’est « une approche spécifique du démarrage d’une activité économique et du lancement d’un produit. Elle repose sur l’expérimentation scientifique et le design itératif. » Ce concept renvoie à l’idée selon laquelle une entreprise ou une activité n’a de chance de réussir que si elle se donne le temps nécessaire pour étudier le marché avant de se lancer.

L’idée avec chacun de ces outils / méthodes est d’imaginer, concevoir, développer et commercialiser un produit en ayant toujours au cœur de la réflexion les attentes de l’utilisateur final. Ne pas se lancer sans être certain qu’il existe bien un problème réel et avéré auquel vous tentez de répondre, ne pas commencer à développer quelque chose sans avoir vérifier que la solution que vous proposez apporte une vraie réponse au problème identifié et enfin lorsque vous développez cette solution soyez toujours à l’écoute de vos clients pour corriger au plus tôt le tir en cas changement d’avis ou de stratégie. Et vous l’aurez compris tout ceci n’est en rien linéaire, à tout moment vous pouvez revenir complètement en arrière et vous adapter.

S’adapter aux changements et à son marché

Être agile en 2018 c’est surtout, et avant tout, savoir mettre en place les moyens de s’adapter à son marché, à ces changements de plus en plus rapides et à l’émergence de nouveaux besoins ou de nouveaux concurrents. La rigidité des processus historique de management des entreprises en ont fait des monolithes hyper hiérarchisés, très structurés et incapable de s’adapter au changement, ou au prix de sacrifices importants. Introduire de l’agilité dans son entreprise lorsque cela n’a jamais été le cas est toujours une gageure. Certaines solutions comme la business agility existent, prenant en compte tous les aspects du management de la société comme par exemple la gouvernance, le pilotage budgétaire, le sourcing ou encore l’organisation par exemple.

sébastien bourguignonSébastien Bourguignon

Expert du numérique et de la blockchain, il est Principal et Lead Digital Influencer au sein du cabinet Margoconseil où il accompagne ses clients dans leur transformation digitale. Il a aussi fondé la société Chain Guru qui accompagne les projets d’entreprises qui souhaitent lever des fonds en cryptomonnaies au travers d’une opération d’ICO (Initial Coin Offering).

Vous pouvez le suivre sur Twitter, LinkedIn ou sur son blog.