Productivité

Les réseaux sociaux, amis ou ennemis de la productivité ?

Ils occupent de plus en plus de place dans nos vies et leur rôle social est pourtant constamment remis en cause. Eux ? Ce sont les réseaux sociaux bien sûr ! Quel impact ont-ils sur la productivité des salariés qui les utilisent sur leur lieu de travail et qu’apportent-ils aux entreprises qui en font usage ? Voici quelques éléments de réponse.

L’addiction aux réseaux sociaux, un phénomène bien réel

Dans un article publié sur Les Échos en 2017, la journaliste Anaïs Moutot révélait que les réseaux sociaux pouvaient avoir un effet proche de certaines substances addictives sur le cerveau. D’après une étude conduite par Ofir Turel, chercheur à l’université de Californie, « l’usage excessif de Facebook est associé à des changements dans le circuit de la récompense ». Les likes reçus sur ce réseau social pourraient ainsi être comparés à des shots de dopamine auxquels les utilisateurs les plus vulnérables seraient susceptibles de devenir addicts !

La start-up Boundless Mind, fondée par un neuropsychologue et un neuro-économiste américains, en a d’ailleurs fait son fer de lance, proposant aux développeurs d’applications des solutions pour rendre leurs outils indispensables aux yeux des utilisateurs ! Si, pour sa défense, l’entreprise ne vend pas ses solutions à n’importe qui, elle cherche néanmoins à « orienter » le comportement humain en programmant ses habitudes. Dès lors, se pose la question du libre-arbitre.

Les réseaux sociaux pèsent sur la productivité des salariés

44% des professionnels affirment consulter leurs appareils mobiles plus de 20 fois par jour. Et, en 2010, le journal britannique The Telegraph révélait que plus de la moitié des employés anglais regardaient leurs comptes Facebook, Twitter et Myspace durant leur temps de travail. Le manque à gagner pour l’économie britannique était alors évalué à 14 milliards d’euros. Les réseaux sociaux nuiraient donc à la productivité des salariés ? Cela n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait que les travailleurs américains sont interrompus en moyenne 4 fois/heure par Facebook, Twitter ainsi que des logiciels de messagerie électronique. Et, d’après une infographie réalisée par Red e App en partenariat avec NowSourcing, il leur faut en moyenne 23 minutes pour revenir à la tâche qu’ils étaient en train d’accomplir avant d’être interrompus… La perte de temps et d’efficacité est donc considérable ! D’ailleurs, les entreprises ne s’y trompent pas et nombreuses sont celles à interdire l’accès aux réseaux sociaux à leurs employés. En 2014, elles étaient 36% à avoir fait ce choix d’après une étude menée par Proskauer !

Les réseaux sociaux pèsent sur la productivité des salariés

Des réseaux sociaux au service de la productivité globale de l’entreprise

Toutefois, l’impact des réseaux sociaux sur notre productivité dépend évidemment de l’usage que l’on en a. Si scroller de manière compulsive son fil d’actualité Facebook semble avoir peu d’intérêt, certains réseaux peuvent être d’une aide précieuse lorsqu’on les utilise à des fins professionnelles. En effet, ils peuvent permettre aux salariés d’entrer plus vite en relation avec les personnes qu’ils ont besoin de contacter pour résoudre un problème particulier et ils peuvent également être très utiles pour suivre des évènements en ligne, se renseigner sur les tendances d’un secteur ou développer sa veille professionnelle.

À l’échelle de l’entreprise, les réseaux sociaux offrent, là encore, des avantages certains. Les outils dits externes peuvent notamment contribuer à améliorer les relations clients, le service après-vente ou encore le marketing. Ils peuvent également aider à cibler précisément les besoins et attentes des consommateurs et permettre ainsi d’améliorer le processus de création des produits.

Quid des RSE ou réseaux sociaux d’entreprise ?

En interne, le réseau social d’entreprise pourrait, quant à lui, contribuer à favoriser la communication et les comportements collaboratifs ainsi qu’à décloisonner les échanges. Toutefois, le conditionnel est de mise car une étude réalisée en 2017 par la chaire RH et RSE de l’Institut de Gestion Sociale et par le cabinet BDO a quelque peu bouleversé les idées reçues en la matière. Celle-ci a en effet révélé que le réseau social d’entreprise a tendance à reproduire les hiérarchies déjà en place au sein d’une organisation ! Et, même si les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à posséder de tels outils, il semblerait que managers et salariés aient du mal à s’en emparer. 48% des employés interrogés dans le cadre de l’étude jugent les RSE inutiles et inefficaces et certains se montrent anxieux à l’idée que leurs données puissent un jour être utilisées contre eux. Toutefois, rien ne dit que les réseaux sociaux d’entreprise ne pourront pas s’imposer plus franchement dans le futur. Si les employés sont suffisamment informés quant aux rôles de ces outils et que leur hiérarchie parvient à les rassurer concernant l’utilisation des données transmises, il y a fort à parier que leur utilité soit reconsidérée.

Les réseaux sociaux internes ou externes doivent être, à l’instar de l’ensemble des solutions numériques existantes, utilisés de manière réfléchie et encadrée. Pour en faire de véritables leviers de productivité, les utilisateurs doivent parfaitement connaître les limites, les avantages et les risques associés à ces outils.

Et vous, quelle utilisation avez-vous des réseaux sociaux ? Faites-nous part de votre expérience !

inscription assistant virtuel slash